Le Tam en image et en cycle! – Les modèles (épisodes 5)

30 Mar Le Tam en image et en cycle! – Les modèles (épisodes 5)

Bonjour à toutes et tous,

Nous voici arrivé.es au moment où nous pouvons vous présenter le visuel du TAM© .

Il s’agit de la représentation du modèle TAM fidèle au dépôt international du modèle effectué en janvier 2020 par Olivier Bouche. ©

Sur ce cercle, on retrouve les neuf clés (composées de leurs deux premières portes) déjà détaillées dans les précédents articles postés.

  1. L’ordre des clés :

L’ordre est le suivant : EE, ER, EI, RE, RR, RI, IE, IR II

En plaçant ainsi les clés, le modèle respecte la construction cérébrale du point de vue darwinien. A savoir le point de vue de l’évolution de l’espèce qui veut qu’après le reptilien*, on trouve la suite :

  • 1 : le limbique (siège de nos émotions),
  • 2 : la zone articulant le vieux cortex limbique et le cortex sensorimoteur (siège de nos automatismes et de notre raison),
  • 3 : le néocortex (siège de notre intuition).

Et c’est en articulant le modèle sous cette forme que nous pouvons alors apporter un nouvel éclairage sur différents cycles de nos vies.

Le lien avec quelques grands cycles dans la vie humaine :

  • Le cycle de la vie

Au début de sa vie, un nourrisson apprend par ses ressentis et ses émotions. Son enjeu est de répondre au mieux aux attentes de ses parents et leur donner un maximum d’amour pour en recevoir un maximum. (EE)

Ensuite, il se doit d’apprendre à vivre en communauté, trouver sa place dans sa famille. (ER)

Ensuite, il va commencer à multiplier les relations, à aller à la rencontre de personnes qu’il ne connait pas encore. (EI)

Ensuite, il va vouloir se mettre au défi de devenir un adulte. Mais un adulte à sa façon. Un adulte différent des adultes qui l’ont éduqué jusque-là. (RE)

Ensuite, il fondra une famille ou pas, mais il se construira un cadre de vie, se frayera un chemin le plus clair et crédible possible. (RR)

Ensuite, il se posera des questions et se remettra en question : était-ce bien ce que je voulais faire de ma vie ? Ai-je bien élevé mes enfants ? Quelles erreurs ai-je commises ? (RI)

Ensuite, il cherchera des idées nouvelles, des choses qui lui correspondent mieux, qui lui donnent une nouvelle motivation. (IE)

Ensuite, il cherchera la sagesse. Grand-parent, il prodiguera ses conseils dans les situations complexes, il témoignera d’une bienveillance naturelle face aux réalités de la vie de chacun.  (IR)

Enfin, il se préparera à mourir en se posant la question du sens de tout cela et trouvera, ou pas, un espoir dans l’éventualité de se réinventer dans un autre monde. (II)

 

  • Le cycle d’un couple

Au début, on veut séduire l’autre, on fait du mimétisme, on ferait tout pour qu’il nous aime aussi. (EE)

Ensuite, on fusionne, ensemble, ensemble, ensemble ! (ER)

Ensuite, on va répandre notre énergie positive de couple en retournant plus régulièrement vers nos amis. (EI)

Ensuite, vient le temps du défi ! C’est quoi ton objectif, c’est quoi le mien, sont-ils conciliables ? (RE)

Ensuite, vient le moment de décider ou non d’être parent, de tracer un chemin pour bâtir notre famille, s’assurer qu’elle grandira dans le meilleur cadre possible, qu’on y sera bien et confortable. (RR)

Ensuite, vient le moment des questions. C’est un peu la routine, non ? Et puis il y a les ados qui commencent à ruer dans les brancards. Est-ce toi, moi ou notre couple qui dysfonctionne ? (RI)

Ensuite, vient le temps du 1 + 1 = 2. Il y a toi et moi qui souhaitons nous réaliser chacun dans ce que nous aimons. (IE)

Ensuite, vient le Temps du 1+1 = 3. Il y a toi et moi et notre couple qui trouve une nouvelle sérénité. (IR)

Ensuite, vient le temps de la remise en question finale. (II)

Ainsi une anecdote rapportée par Olivier Bouche.

Je me souviens du grand-père de ma compagne qui dans les dernières semaines de sa vie m’a confié ceci : « Olivier, je suis resté toute ma vie avec mon épouse, ça n’a pas été facile mais on y est arrivé. Mais tu sais, aujourd’hui, je ne sais vraiment pas si c’était le meilleur chemin et si c’est vraiment comme ça que les choses devaient se passer ? »

 

  • Le cycle d’une entreprise,

Nous cherchons à identifier un besoin et y répondre. (EE)

Nous voulons fidéliser les premiers clients et animer une communauté d’usagers. (ER)

Nous cherchons à différencier ou diversifier nos produits pour impacter plus de monde et augmenter le panier d’achats moyen de nos nouveaux clients. (EI)

Nous voulons maintenant faire notre place au soleil, qu’avons-nous de mieux que nos concurrents ? (RE)

Nous tenons à nous garantir une place de leader sur notre marché. (RR)

Nous faisons tout pour consolider notre business. (RI)

Nous souhaitons innover, amener de nouvelles idées. (IE)

Nous gérons la complexité et les difficultés vécues par et entre nos équipes,  tiraillées entre leur passé et leur futur. (IR)

Nous cherchons à nous réinventer au risque de mourir. (II)

 

Qu’il s’agisse du cycle de vie d’un individu, d’un couple, d’une entreprise, le modèle se déploie toujours logiquement. Le modèle laisse ainsi apparaître un côté déterministe et hautement prévisible de la réalité humaine. E puis R puis I ou EE puis ER, puis EI, puis RE, puis RR, etc… .

Précaution:

Ce n’est pas parce que le cerveau d’un individu commence par traiter l’information par la porte émotionnelle, que l’individu est moins rationnel ou qu’il a moins d’intuition qu’un autre.

C’est ici le risque du modèle quand il est mal interprété !

Le cerveau de tout individu normalement constitué mobilise sans cesse toutes les zones cérébrales. Ce n’est que le circuit qui diffère. Mais quel que soit le circuit de l’individu, ce circuit passe sans cesse par toutes les portes du cerveau. Il n’est donc pas question de dire que les individus dont le circuit commence par les portes émotionnelles (E) sont moins matures que les individus dont le circuit débute par les portes rationnelles (R) ou les portes intuitives (I).

Comme déjà dit, chaque individu tend à apporter une valeur spécifique et parfaite dans laquelle se trouveront mobilisées toutes les autres valeurs présentes dans son cerveau.

En réalité, faire comprendre cela n’est pas chose aisée. Dans une société occidentale qui a appris à valoriser en tout premiers les chefs, les leaders, ceux qui fixent les objectifs, posent le cadre, décident et consolident le tout (à savoir les individus dont la séquence Talent débute par l portes rationnelles (R), il est moins facile de disposer d’une séquence Talent commençant par E ou I.  Nous y reviendrons plus tard dans les prochains articles.

 

Nous vous proposons maintenant de poursuivre cette lecture avec l’épisode cinq de la petite histoire des modèles. Pour ce faire, il vous suffit de cliquer ICI.

 

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Share This