L’histoire de l’oeuf et de la poule – La petite histoire des modèles (épisode 5)

30 Mar L’histoire de l’oeuf et de la poule – La petite histoire des modèles (épisode 5)

Le modèle, dont nous vous parlons depuis le début de nos articles, a aussi fait un vrai bond en avant lorsque le lien entre les différentes personnalités et le cycle de la vie humaine m’a sauté aux yeux. C’est à partir de ce jour que j’ai redessiné le modèle sur un cercle. Dans la foulée, toute une série de cycles sont venus s’y intégrer logiquement. Des cycles tels que le cycle des relations amoureuses, le cycle du deuil, le cycle de vie d’un projet, le cycle des générations, …

Je trouve formidable cette corrélation entre ces cycles et la structure du cerveau. Notre structure cérébrale nous prépare à affronter nos vies : l’émotion des enfants, la raison des adultes et enfin le lâcher prise et la sagesse des ainés. L’émotion qui nous permet d’entrer en relation, la raison qui nous permet de construire un chemin pour nos familles et le lâcher prise qui nous permet de regarder le plus sereinement possible la perspective de notre fin de vie. Comme je l’ai souvent dit, je ne sais pas si nos vies sont ce qu’elles sont parce que nous avons le cerveau que nous avons, ou si c’est parce que nos vies sont ce qu’elles sont que nous avons un tel cerveau ? C’est la fameuse histoire de l’œuf ou de la poule.

Maintenant, en plus des cycles, le modèle laisse aussi apparaître l’explication de trois grandes périodes tumultueuses dans notre vie. On parle ici des moments de crise.

Il y en a plusieurs bien entendu, mais dans la globalité d’une vie on parle souvent de la crise de l’adolescence et de la crise qui a lieu entre la quarantaine et la cinquantaine. La crise de l’adolescence marque d’un point de vue cérébral le passage des logiques émotionnelles du limbique aux logiques rationnelles du vieux cortex limbique. La crise de l’adulte de quarante à cinquante ans marque quant à elle le passage des logiques rationnelles aux logiques intuitives du préfrontal.

 

Ces crises sont également observables dans la vie de couple, ou dans le cycle de vie d’une entreprise par exemple.

L’entreprise qui a suffisamment de clients et une belle croissance bascule à un moment dans des logiques de dominance sur son marché de référence. C’est à ce moment que son regard se déporte de ses clients vers ses concurrents (il y a un vrai parallélisme avec la crise de l’adolescence). Plus tard, cette même entreprise se retrouve bousculée par l’insatisfaction et/ou le départ de clients historiques (crise de la quarantaine/cinquantaine). L’entreprise commencera alors à s’intéresser sérieusement à la recherche et au développement d’idées nouvelles susceptibles de la remobiliser et d’inspirer à nouveau ses clients ou carrément de nouveaux clients. Les phases de crise sont des moments de tensions particuliers qui voient des logiques différentes s’opposer. Je ne peux pas non plus oublier les crises liées à la perspective du néant, de la fin des choses, de la mort, ni celle liée à la naissance. Ces deux crises sont aussi observables dans nos vies de tous les jours. La perspective de la fin d’une relation amoureuse ou du lancement d’un nouveau projet professionnel, par exemple, génère également de vives tensions dans nos vies.

Je me permets ici de faire une petite remarque. Chez l’individu, la phase de crise de l’adulte (quarantaine/cinquantaine) est un moment particulièrement opportun pour partir à la découverte de son Talent. En effet, c’est le moment où l’individu cherche plus spécialement à redevenir soi-même. C’est sans doute la raison pour laquelle ce modèle intéresse plutôt des personnes qui ont passé la quarantaine. Si un intérêt réel est aussi observable chez certains individus plus jeunes, ce sont dans la majorité des cas des jeunes dont la séquence cérébrale débute par un « I ».

Cette fantastique corrélation entre la réalité de notre vie et notre structure cérébrale apporte aujourd’hui un nouvel éclairage sur la réalité et le sens de notre vie que les autres modèles étudiés n’ont jamais abordé. Et c’est bien là toute la différence. Ce modèle permet d’aborder la véritable valeur pour l’Humanité de la personnalité de chaque individu. Nous avons tous un fantastique Talent qui ne demande qu’à s’articuler avec les autres.

Voilà, le premier chapitre que nous voulions aborder avec vous est ainsi clôturé. Il nous reste énormément de choses à partager sur le Modèle TAM©, mais aussi sur le modèle LET© et sur tous les changements que ces modèles peuvent apporter pour nous permettre de mieux :

  • Soigner nos relations
  • Faire face
  • Envisager l’avenir

Nous allons cependant faire une petite pause et nous reviendrons ce jeudi 2 avril 2020 avec une nouvelle série de posts sur notre blog. D’ici là, nous avons toute une série de choses à améliorer auxquelles nos équipes vont s’atteler.

A bientôt,

Pour l’équipe,

Olivier Bouche

#Solidaire

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Share This